Le signet

Le blog d'une bibliovore qui s'assume: mes coups de coeur, déceptions, découvertes, aventures, rêves et cauchemars littéraires!

08 mai 2011

Les ombres silencieuses

Les_ombres_silencieusesTitre Les ombres silencieuses
Auteur
Mari Jungstedt
Genre
Policier
Publication en français
2008
Éditeur
Plon
Édition lue
Le Livre de Poche
Pages
407
Mon évaluation
**

 

Un polar suédois qui se lit comme on regarde un téléfilm. Divertissant, un point c'est tout.

En résumé

L'île touristique de Gotland vit de nouvelles heures sombres. Le cadavre d'un photographe marginal et alcoolique, brutalement assassiné, est retrouvé dans sa cave. Alors que la police croit tout d'abord à une bagarre d'ivrognes qui aurait mal tourné, des éléments troublants sont mis à jour. Non loin de là, une jeune fille livrée à elle-même est la proie d'un pervers prêt à tout pour posséder sa proie.

Mon avis

J'ai découvert Mari Jungstedt l'année dernière avec 'Celui qu'on ne voit pas'. L'atmosphère de son premier roman m'avait tout particulièrement plu et je l'avais littéralement dévoré en quelques heures. 'Les ombres silencieuses' a malheureusement fortement atténué mon engouement pour l'auteur.

Si les 407 pages se lisent aussi facilement que celles du précédent opus des enquête du commissaire Knutas, il n'y a vraiment pas grand chose à se mettre sous la dent. L'enquête à proprement parler est à peine développée, Mari Jungstedt préfèrant exposer en long et en large l'histoire d'amour impossible qui lie Johan et Emma, deux personnages de son roman précédent qui n'ont finalement pratiquement rien à faire dans cette nouvelle histoire.

Un téléfilm policier, voilà ce que m'a évoqué "Les ombres silencieuses'. Que les amateurs de romans suédois à l'ambiance glaciale qui explorent les tréfonds de l'âme humaine passent leur chemin, ils risqueraient d'être déçus. Ceux qui aspirent à un roman divertissant plein de suspense à lire sur la plage seront servis !

Posté par Keltia3 à 18:49 - Critiques - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

Poster un commentaire