Le signet

Le blog d'une bibliovore qui s'assume: mes coups de coeur, déceptions, découvertes, aventures, rêves et cauchemars littéraires!

28 octobre 2009

L'âge des méchancetés

age_mechanceteTitre L'âge des méchancetés
Auteur
Fumio Niwa
Genre
Nouvelle
Première publication
1947
Édition lue
Folio 2 €
Pages
101
Mon évaluation
***

Chose promise, chose due! Je relève le défi lancé par Cynthia de manière un peu plus 'honnête' et fais par la même occasion diminuer ma graaaande pile de livres à 2 € à lire (ben oui quand j'en vois, je ne peux pas m'empêcher de les acheter!).

CHALLENGE_2_EUROS

En résumé

Dans le Japon d'après-guerre, Fumio Niwa dépeint d'une plume féroce et exacerbée l'histoire d'une famille condamnée à supporter la présence d'une grand-mère acariâtre, impotente et cleptomane.

Lorsque Senko, la plus riche des 3 petites filles de l'aïeule, se voit confier la charge de loger la grand-mère, son mari ne supporte que quelques semaines la situation. Le couple décide alors de renvoyer la vieille chez Sachiko, la plus pauvre des petites filles, qui a été relogée avec sa famille dans une partie de maison à la campagne suite à la guerre. La plus jeune des sœurs, Ruriko, sera chargée de l'amener à destination en la transportant sur son dos, comme un sac. 

Mon avis

Dès les premières lignes de la nouvelle, Fumio Niwa donne le ton : que le lecteur n'attende pas de lui qu'il prenne des baguettes pincettes pour raconter cette histoire! Le voilà propulsé, la nuit, dans une maison japonaise, dont le respectable propriétaire se rend au petit coin. Une voix calme et tremblotante s'élève dans la nuit : 'Qui est-ce?'. La question, d'apparence banale, déclenche la colère de l'homme qui invective la vieille... et le lecteur de se prendre de pitié pour cette pauvre femme.

Le malaise du lecteur s'accroît au fil des pages, lorsque, pour se débarrasser de la vieille, on la transporte comme un sac, sans souci pour les douleurs qu'elle éprouve de se voir ainsi malmenée...

Et pourtant, lorsqu'elle débarque chez Sachiko et son mari, qui tout pauvres qu'ils sont, s'acquittent de leur devoir filial, la vieille change de visage. De persécutée, elle devient persécutrice, au point qu'on se demande de quel côté est le bien et où se trouve la morale.

Un texte féroce, qui fait beaucoup réfléchir sur notre façon de traiter les personnages âgées mais aussi sur les ravages de la vieillesse et le choc des générations, et sourire aussi...

- Grand-mère, vous tiendrez jusqu'à 90 ans!
90 ans?!? Elle va encore vivre 5 ou 6 ans! Non, je ne le supporterai jamais. Nous serons morts avant.

Posté par Keltia3 à 19:01 - Critiques - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Commentaires

    J'ai acheté ce livre uniquement à cause de la couverture qui me plait beaucoup. S'il est féroce en plus, il faut que je le lise enfin !

    Posté par Ys, 29 octobre 2009 à 08:59
  • Il me tente bien celui-ci! Challenge réussi madame mais rien ne t'empêche de continuer évidemment
    Je prends note de ce billet!

    Posté par Cynthia, 29 octobre 2009 à 10:34
  • Un vrai régal d'humour noir!!!! Délicieusement culpabilisant!

    Posté par katell, 29 octobre 2009 à 18:50
  • Entièrement d'accord avec toi sur ce petit roman bien amer ! j'avais beaucoup aimé aussi !

    Posté par Choco, 29 octobre 2009 à 23:42
  • @ Ys : Je trouve la couverture terrible moi aussi! Elle correspond tout à fait à l'ambiance du bouquin!

    @ Cynthia : je crois que je vais continuer sur ma lancée :p (après avoir lu le roman que j'ai entamé)

    @ Katell : oui, une vraie cure

    @ Choco : apparemment, il fait l'unanimité! En tout cas, on ne peut pas rester indifférent à sa lecture!

    Posté par Keltia, 30 octobre 2009 à 08:20

Poster un commentaire