Le signet

Le blog d'une bibliovore qui s'assume: mes coups de coeur, déceptions, découvertes, aventures, rêves et cauchemars littéraires!

11 mars 2009

Vous avez dit "cliché"?

cliches

Dans un thriller, il y a toujours un crime.

Dans un
harlequin, il y a toujours une histoire d'amour.

Dans un récit de science-fiction, il y a souvent des vaisseaux spatiaux.

Dans un roman de fantasy, il y a souvent une lutte entre le Bien et le Mal.

Et pourtant! Il se peut qu'on lise un bouquin qui rassemble tous les clichés du genre auquel il appartient et trouver néanmoins qu'il s'agit d'un sacrément bon livre.

Cette question de l'utilisation des clichés a été abordée lors du Café-rencontre auquel j'ai assisté à la Foire du Livre de Bruxelles. L'un des orateurs a exprimé la réflexion très juste que, finalement, en cherchant à éviter les clichés, l'auteur passe parfois à côté de son public. Finalement, l'amateur de thriller, par exemple, aime retrouver au cours de ses lectures une série de repères récurrents au genre: le crime, le suspense, les poursuites, les situations inextricables...

D'après moi, le tout est d'intégrer tous ces clichés et ressorts classiques du genre de manière suffisamment subtile pour qu'ils soient peu ou pas apparents ou alors, de les changer en clins d'oeil. Rien ne m'exaspère plus que de lire un roman de fantasy qui soit explicitement une "resucée" de Tolkien et pourtant, je peux apprécier une série comme Harry Potter qui emploie les clichés fantasy sans modération.

Et vous, quel est votre avis sur la question?

Merci à Karl pour ce magnifique montage!


Commentaires

  • Comme toi, les clichés ne me dérangent pas (après tout si on y regarde de près, toute la littérature n'est faite presque que de clichés, des personnages ambitieux et cyniques de Balzac à ceux des polars américains). L'important est la façon dont l'auteur va se les approprier, éventuellement aller plus loin... C'est ce que la fantasy a souvent plus de mal à faire de façon réussie à mon avis. Peut-être parce que c'est une littérature plaisir qui a moins intérêt que d'autres à surprendre le lecteur.

    Posté par Isil, 11 mars 2009 à 21:10
  • Je ne m'arrête pas vraiment à ce genre de clichés. quoique en y réfléchissant... Mais comme tu l'as expliqué plus haut, si j'ai envie de lire un thriller, c'est justement pour le suspense, les crimes, les enquêtes qui en découlent. Pareil pour la fantasy et sa lutte perpétuelle.

    Posté par La liseuse, 11 mars 2009 à 22:12
  • Absolument d'accord avec toi!
    Mais le cliché est quand même le pire ennemi de l'auteur.. et du lecteur. Je viens justement de finir un livre de bit-litt bourré de clichés. J'aurais pu aimer, malgré cela, car j'attendais bien sûr le héros "tall, dark and dangerous", si l'auteur n'avait pas en plus négligé une chose importante: l'intrigue et sa construction ....et ça, ça ne pardonne pas!

    Posté par choupynette, 12 mars 2009 à 10:03
  • Ah ben comme tu t'en doutes, je suis de cet avis aussi.
    Avant de rencontrer notre bon Alain, je ne m'étais jamais vraiment posé la question. Ou plutot, je n'avais jamais mis les mots sur ce sentiment de manque d'originalité... Mais pour moi, ce qui fait toute la différence entre deux histoires trop similaires (laissons JRR en dehors de ça, il ne peut pas entrer dans les comparaisons pour moi), c'est le style de l'auteur, l'humour, les mots, les descriptions des actes... la capacité à me procurer des émotions en somme : rire, pleurs, envie,...

    Voilà voilà...

    Posté par Caro, 12 mars 2009 à 13:35
  • ceci dit, j'aime bien quand on bouscule les clichés... Si le grand sorcier n'a pas une longue cape et une grande barbe mais que c'est une mec grand, sexy, la trentaine, ça me plait !
    Si le vampire n'a pas de dents pointues, ça m'amuse...

    Ce genre "d'adaptations personnelles", j'adore !

    C'est ce qui m'avait plu avec Marion Zimmer Bradley : la manière avec laquelle elle bousculait les clichés sur les mythes connus...

    Ce genre d'originalités, je les recherche et je les dévore !

    Posté par caro, 12 mars 2009 à 13:40
  • @ Isil: je te rejoins tout à fait: l'important c'est la façon dont l'auteur s'approprie des clichés. Si ils sont là parce qu'il n'y a rien d'autre à raconter, ça pose problème!

    @ La Liseuse: moi aussi ça m'a fait réfléchir! A la base j'aurais dit que j'étais totalement allergique aux clichés.

    @ Choupynette: Tout à fait! C'est ce que je répondais à Isil justement

    @ Caro: raaaah les clichés bousculés j'adore ça moi aussi! Et j'aime beaucoup ta description du grand sorcier! :p

    Posté par Keltia, 12 mars 2009 à 20:15
  • Je pense qu'il y a moyen de faire de la littérature de genre sans accumuler les clichés. Autant en emporte le vent par exemple est un formidable roman d'amour dans lequel l'héroïne ne se rend pas compte qu'elle aime le héros avant les dernières pages du livre !! Voilà qui renouvelle le genre.

    Au fait, je t'ai taguée!!

    Posté par Constance 36, 12 mars 2009 à 21:32
  • Personnaliser le cliché de telle façon qu'on oublie qu'il s'agit d'un cliché, voilà je pense ce qui fait qu'un roman est réussi (mais je ne fais que résumer ici ta pensée)

    Posté par sybilline, 14 mars 2009 à 12:25
  • Il y a aussi cliché et cliché... une histoire d'amour, un meurtre etc etc pour un roman d'aventures: on s'y attend bien sûr.
    Mais ce qui fait qu'on a l'impression de relire du déjà vu ou au contraire, de lire quelque chose d'original et de s'amuser, c'est un peu "l'art et la manière"... si on a des scènes du type "elle entra dans la pièce et vit machin pour la première fois. la lumiere semblait irradier autour de lui, ses yeux bleus ressemblaient à un océan et sa bouche aux lèvres follement sensuelles semblait emplir toute la pièce. Bidule sentit son coeur battre plus fort."... je crois que le cliché passera moins

    Posté par Lou, 15 mars 2009 à 21:08
  • J'ai déjà eu cette discussion et je suis finalement assez d'accord pour dire que les stéréotypes peuvent être biens maniés et qu'il faut avoir un certain niveau de lecture pour voir des clichés : quand on ne connais pas un genre on peut trouver des trucs très bien et puis quand on a lu 100, on se dit à oui mais ça c'est un peu cliché...

    Posté par Loula, 21 mars 2009 à 21:53
  • Les cliché ne me dérangent pas, au contraire. Le fait d'écrire est en lui même un cliché.

    Posté par Liana, 03 août 2013 à 13:41

Poster un commentaire