Le signet

Le blog d'une bibliovore qui s'assume: mes coups de coeur, déceptions, découvertes, aventures, rêves et cauchemars littéraires!

27 octobre 2008

Bartleby le scribe

bartlebyTitre Bartleby le scribe
Auteur
Herman Melville
Genre
Nouvelle
Publication
1856
Pages
79 (poche)
Mon évaluation
****

 


En résumé

New-York, XIXème siècle. Le conseiller à la cour de Chancellerie, homme de loi d'âge mûr, est à la tête d'une équipe de deux scribes au caractère bien trempé et d'un jeune assistant. Pour renforcer sa main d'oeuvre, il engage un certain Bartleby. Si ce dernier étonne tout d'abord par son application au travail, il provoque très vite l'incompréhension et la stupéfaction lorsque, sollicité pour remplir certaines tâches, il refuse, sans autre forme d'explication que cette phrase: "je préfère pas".

Au fil des jours, les "préférences" de Bartleby s'affirment de manière de plus en plus fréquente jusqu'à ce que le conseiller se retrouve totalement dépassé par le caractère incongru et imprévisible de son employé et le grotesque de la situation.

Mon avis

Avec "Bartleby", Herman Melville, auteur de Moby-Dick, entraîne le lecteur, à la suite du malheureux narrateur, dans un tourbillon de scènes plus cocasses les unes que les autres... pour son plus grand ravissement! Témoin de la progression de l'envahissement de Bartleby, le lecteur est aux premières loges du spectacle et observe avec incrédulité la situation devenir de plus en plus inextricable. Impossible, face à cet enchaînement grotesque, de ne pas se mettre dans la peau du conseiller pour imaginer comment, dans la même situation, il aurait réagi pour s'extirper de ce cycle infernal! Impossible également de ne pas reconnaître de situations vécues (à moindre échelle) dans les ennuis provoqués par un "incruste" et les difficultés à prendre des décisions radicales.

"Bartleby" m'a énormément rappelé "Mr Bernardin", le voisin encombrant des "Catilinaires", d'Amélie Nothomb. Je ne serais d'ailleurs pas étonnée que ce dernier ait été inspiré par le personnage du scribe.

En bref, une délicieuse nouvelle, distrayante et pleine d'humour, à savourer d'urgence! Merci à Levraoueg pour cette découverte!

Posté par Keltia3 à 09:30 - Critiques - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

    C'est vrai que l'on peut se poser la question du parallèle entre Nothomb et Melville. Je n'y avais pas pensé.

    Posté par Lilly, 27 octobre 2008 à 09:53
  • Très étonnant petit livre, et tellemen bien écrit!

    Posté par sybilline, 27 octobre 2008 à 15:32
  • Deuxième avis positif, après celui de Lilly que je lis sur cette nouvelle. Sans doute un bon moyen de découvrir Melville

    Posté par Manu, 27 octobre 2008 à 17:56
  • Ca alors ! Je n'ai pas relu cette nouvelle depuis un moment, mais malgré l'humour, j'en garde le souvenir d'une oeuvre très pessimiste, sur l'absurdité de la vie, du rôle social qu'il faut bien jouer... Curieux aussi que tu te sois projetée dans le personnage de l'employeur de Bartleby. Mais pourquoi pas ! Je trouve ça très intéressant même. Et je suis bien contente que cela t'ait plu.

    Posté par levraoueg, 27 octobre 2008 à 22:05
  • @ Levraoueg: Etrange en effet! Je l'ai vu plus comme une œuvre comique que comme une œuvre pessimiste, un peu dans la même veine que les romans d'Amélie Nothomb.

    Mais c'est peut-être mon côté belge qui fait ça C'est le genre d'humour grinçant et absurde qui nous plaît je crois! J'ai beaucoup ri en le lisant en tout cas!

    Posté par Keltia, 28 octobre 2008 à 08:16
  • C'est décidé, je le lirai très prochainement !

    Posté par Lou, 28 octobre 2008 à 10:44
  • C'est noté ! Et puis comment résister à cette couverture remplie de livres...

    Posté par La liseuse, 30 octobre 2008 à 17:11
  • J'étais tentée mais le personnage de Nothomb n'a tellement tapé sur les nerfs que j'ai un peu peur suite à cette comparaison!!!

    Posté par Karine :), 02 novembre 2008 à 23:08
  • @Karine : Oh! Notre Amélie nationale t'énerverait-elle? Elle est très appréciée des Belges!

    Je te comprends: sa personnalité est extrême, c'est vrai! Mais ses livres valent la peine d'être lus (du moins les premiers...).

    Pour ce qui est de Bartleby, ne t'effraie pas de la comparaison! Herman Melville était bien moins excentrique. La ressemblance se situe au niveau du ton employé.

    Posté par Keltia, 03 novembre 2008 à 10:18

Poster un commentaire