Le signet

Le blog d'une bibliovore qui s'assume: mes coups de coeur, déceptions, découvertes, aventures, rêves et cauchemars littéraires!

08 octobre 2008

Les 7 récits originels

Ça sonne un peu comme le 13ème conte, non?

 Et si toutes les histoires du monde n'étaient que des variantes de 7 récits originels? J'en vois déjà bondir: quelle idée réductrice! Les œuvres de Jane Austen, d'Alexandre Dumas, de Victor Hugo, d'Edgar Allan Poe, ... ne seraient que de vulgaires "resucées" de mythes fondateurs? Impossible!

Je suis de cet avis, moi aussi, mais l'idée m'intrigue... 7: le chiffre magique, celui des contes de fée, celui qui résume tout (les 7 merveilles du monde antique, les 7 arts du début du XXème, ...). Ça a de quoi faire rêver, non?

sevenplotsC'est un certain monsieur Christopher Booker, journalise et auteur britannique de son état, qui a dévoilé cette théorie de 7 "basic plots", après plus de 30 ans de recherches, dans un livre publié en 2005 et intitulé "The Seven Basic Plots: Why we tell stories". Il n'est pas le premier à avoir élaboré une liste de scénarios-clé de la littérature, loin de là. Un certain Foster-Harris réduit l'ensemble des histoires à 3 thématiques essentielles, Ronal B. Tobias en dénombre pas moins de... 20!

Mais peu importe ses prédécesseurs, c'est Mr Booker qui a retenu mon attention. Peut-être parce que sa théorie est, à ma connaissance, l'étude la plus récente publiée sur le sujet ou alors parce que les 34 ans consacré à cette recherche donne à ses recherches l'aspect d'une sorte de quête du Graal.

Alors, en gros, quels sont les 7 "récits-noyaux" définis par Booker dans son bouquin de plus de 700 pages? Avant de les détailler, deux précisions utiles: Booker ne prend en compte que la littérature occidentale et admet qu'il existe pas mal d'histoires, surtout parmi celles publiés ces 200 dernières années, qui peuvent être classées dans plusieurs des 7 catégories voire dans aucune d'entre-elles (les romans policiers, par exemple, échappe le plus souvent à cette classification).

1. L'affrontement du monstre

C'est l'histoire de Dracula, d'Hansel et Gretel mais aussi, d'Harry Potter. Le héros se voit contraint de se battre pour sa vie face contre un monstre terrifiant, tout puissant, qui menace sa vie.

2. De la misère à la richesse

littleduckUn personnage, à première vue insignifiant, dévoile un talent insoupçonné et se "fait une place dans le monde". On pense au "Vilain petit canard", à Cendrillon (qui révèle une beauté cachée derrière ses guenilles). Parmi mes lectures récentes, je classerais "J.A.B." dans cette catégorie.

3. La quête

Le héros se fixe un objectif dont l'accomplissement n'a pas de prix (ex: sauver le monde). Il entreprend l'impossible pour parvenir à réaliser cette mission. Des exemples? Le Seigneur des Anneaux évidemment! Mais aussi toutes les histoires portant sur la quête du Graal, ...

4. Voyage et retour

aliceC'est l'histoire de "Bilbo le Hobbit", d'Alice au Pays des Merveilles, du Magicien d'Oz ou de Narnia. Le personnage central entreprend un voyage (seul ou accompagné) vers un lieu complètement coupé de son monde d'origine. Au début, tout semble merveilleux mais les dangers ne tardent pas à apparaître. Après une évasion dramatique, il retrouve son univers familier.

5. Comédie

On n'y retrouve pas forcément d'élément humoristique: tout part d'un énorme malentendu qui devient bientôt un nœud inextricable entre les personnages. Finalement, au grand soulagement de tous, tout s'éclaircit et rentre dans l'ordre. C'est le scénario de base de beaucoup de livres de Jane Austen, de comédies de Shakespeare et de Molière, ...

6. Tragédie

Les défauts ou le manque de confiance d'un personnage le mènent inexorablement vers une fin tragique ou un désastre. On pense à "Le Rouge et le Noir" de Stendhal, à "Madame Bovary" ou au "Portrait de Dorian Gray".

7. Renaissance, résurrection

Un sentiment croissant de menace pèse sur l'histoire tandis qu'une force négative s'approche du héro puis finalement s'en empare. Après un moment, alors que tout semble indiquer que le mal a triomphé, la situation s'inverse. Le héros se rachète, souvent grâce à la force de l'amour. Beaucoup de contes de fée se brodent sur ce canevas, le "Conte de Noël", de Dickens, également.

Alors, convaincu(e)? Personnellement je n'en ai aucune idée! Je pense simplement que cette théorie a le mérite de faire réfléchir autrement sur la littérature, et, en ce sens, est enrichissante pour tout amateur de livres. Je n'ai pas encore lu le bouquin de Mr Booker (je me base ici sur de multiples chroniques du web anglophone car le livre n'est pas encore paru en français, je pense) mais je pense m'y mettre un jour ou l'autre.

En savoir plus

Sur les autres théories (en anglais)

Un critique clairement déçu (en anglais)

Des critiques plutôt positives de membres d'une communauté d'écrivains (en anglais)

Posté par Keltia3 à 08:21 - Autour du livre... - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Commentaires

    Connais pas, mais c'est vraiment le genre de livre que j'aime lire de temps en temps : un livre sur les livres !

    Posté par keisha, 09 octobre 2008 à 16:07
  • Je n'ai pas encore d'avis sur la question mais tu me donnes envie d'en savoir plus.

    Posté par praline, 09 octobre 2008 à 22:35
  • Les sept récits originels

    Bonjour,

    J'ai entrepris de traduire le livre de Booker. Je lui ai écrit un mail mais pour n'instant pas de réponse, j'ai fini l'introduction et je m'attaque au premier chapitre là.
    Je pense que je vais contacter Bloomsburry pour savoir où ils en sont..

    Je me demandais si tu avais des conseils à me donner. Ensuite en termes de traduction même si ce n'est pas ton domaine, je me demandais la marge de liberté et aussi où tu avais vu les traduction du titre du livre et des chapitre car je ne les traduirait pas forcément pareil. Par exemple pour le titre je mettrais plutôt 'les sept intrigues de base' car le titre les sept récits originels me semble pompeux (même si souvent les titre des livres sont étudiés par ordinateur pour maximiser les ventes), de même 'rags to rich' je le traduit littéralement par 'des haillons à la richesse' car je trouve que le terme haillons symbolise bien la pauvreté.

    Voilà, bon, c'est un boulot de dingue mais c'est super intéressant, enfin je trouve qu'il écrit un peu comme il parle quand même et je pense qu'il aurait en effet pu raccourcir un peu, faire un effort de synthèse en somme.

    Merci pour ce blog sympathique (quel est ta profession?) et la la prochaine!

    Fabrice

    Posté par Fafi, 30 août 2015 à 20:10

Poster un commentaire