Le signet

Le blog d'une bibliovore qui s'assume: mes coups de coeur, déceptions, découvertes, aventures, rêves et cauchemars littéraires!

16 septembre 2008

Fanfiction: vol ou liberté d'expression?

   typewriter
       

Vous est-il déjà arrivé d'être immergé dans l'univers d'un roman au point de fantasmer sur une suite possible ou une aventure parallèle qui mettrait en scène ses personnages? De réécrire à votre sauce le scénario de votre livre préféré? De donner une autre fin à une histoire qui vous aurait déçu?

Toute une communauté de fans trouve réponse à ces envies et frustrations littéraires au travers d'un phénomène nommé fanfiction ou fanfic. Le principe est simple: le lecteur s'approprie l'univers et les personnages d'un roman et devient auteur de sa propre "dérivée" de la fiction originale. Très répandus au Japon et aux USA, les sites de fanfictions pullulent sur internet soulevant dans leur sillage toute une série de débats et d'interrogations.

Un peu de tout et... de n'importe quoi

"Harry Potter prononce par mégarde un sort mystérieux. Le voici projeté au temps des dinosaures. Sa magie suffira-t-elle à le protéger des tyrannosaures?" Un exemple (fictif!) du genre de synopsis farfelu que l'on trouve en surfant sur les sites de fanfictions.
Pas de généralité abusive. J'avoue, l'exemple est extrême (mais je vous promets en avoir croisé d'aussi loufoques sur le net). 

De la simple fin alternative de Narnia aux versions pornographiques du Seigneur des Anneaux, la fanfiction permet aux auteurs en herbe d'exercer leur plume à tout et, parfois, n'importe quoi. Du langage SMS à la rédaction soignée, la qualité d'écriture et le style varient énormément d'une production à une autre (la majorité des auteurs ont moins de 20 ans).

Le débat

Où placer la frontière entre propriété intellectuelle de l'auteur et appropriation de son univers par ses fans? Une fois le livre sorti, appartient-il toujours à son auteur ou devient-il un bien commun à la communauté de lecteurs? Doit-on réfréner l'ardeur d'adolescents qui rêvent de prendre la plume à leur tour?

Les questions sont nombreuses et le débat délicat. La position des auteurs prudente et réservée. Difficile en effet de condamner un phénomène qui prend racine dans l'attachement des lecteurs pour leur œuvre.

L'avis des auteurs

Il y en a pourtant qui osent exprimer leur point de vue. Robin Hobb, par exemple, évoque régulièrement le sujet lors d'interviews. Son opinion figure même sur son site web officiel: elle est fermement opposée à la fanfiction. Selon elle, la pratique revient à saper tout le travail de construction psychologique des protagonistes fourni par l'écrivain. Les auteurs de fanfiction se leurrent en pensant apprendre à écrire de cette façon, tout simplement parce qu'ils n'exercent pas ce talent de créatif de conception d'univers et de personnages.

Ann Rice (Entretien avec un vampire, etc.) interdit purement et simplement toute fanfiction issue de son "fandom" (son univers littéraire). Ses personnages sont protégés par copyright et toute reprise de son œuvre, en principe, interdite. 

L'avis d'une lectrice

Personnellement (et mon avis n'engage que moi), je suis sûre de deux choses:

  • La première, c'est que je ne serai jamais tentée de lire une fanfiction inspirée d'un auteur que j'apprécie. L'auteur de fanfiction ne partagera jamais le lien exclusif qui lie l'auteur à ses personnages. Pour moi, lire une fanfiction d'un auteur que j'aime, c'est un peu porter une imitation bon marché de mon parfum préféré.

  •  La seconde, c'est que si j'étais auteur d'un roman, je crois que j'aurais du mal à accepter l'idée que d'autres s'emparent de mes créations et leur donnent une orientation que je n'ai pas souhaitée.


Et vous, qu'en pensez-vous?


Posté par Keltia3 à 09:15 - Autour du livre... - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Commentaires

    Dans un cas, le fan fiction pourrait être toléré, c'est quand l'auteur a massacré son sujet, que l'idée de départ est prometteuse et le point d'arrivée totalement nul, alors oui il faudrait pouvoir réécrire le livre !!!

    Posté par Constance 36, 16 septembre 2008 à 20:41
  • fanfictions, mode d'emploi

    Moi j'approuve la fanfiction, j'en lis régulièrement, notamment sur Harry Potter.
    Lorsque nous ne disposons pas de la suite d'un roman que l'on apprécie et qui ne paraitra que dans plusieurs mois, je ne dispose que de deux solutions :

    Je lis d'autre livres, du même genre (mais je me suis vite aperçue que je les épuise bien trop vite...) Soit je lis des fanfictions.

    Là, mes choix sont très restreints : je sélectionne de manière draconienne mes fanfictions favorites selon des critères précis ; orthographe, respect de la psychologie des personnages, du canon des couples...etc

    Lire une fanfiction, c'est aussi apprendre à prendre de la distance par rapport à l'ouvrage référent, c'est ne pas avoir l'esprit fermé à certaines réécritures, savoir envisager d'autres situations dans le roman.
    La fanfiction permet de s'ouvrir, on peut ainsi trouver des défauts à un auteur et tenter de les corriger.
    Bien entendu, l'auteur de fanfic peut ainsi avoir tendance à se prendre pour un créateur: il est libre de faire ce qu'il veut, transformer toute la trame s'il le souhaite. Cela peut aboutir à des désastres, comme à des belles petites oeuvres.

    Mais au final,comme pour le livre original, c'est le lecteur qui décide si l'œuvre est bien ou pas et s'il aime, il le dira par ses reviews, sinon, la fic tombera dans l'oubli.
    Seul le lecteur est vraiment juge de ce qui est écrit et non tellement l'auteur.

    Posté par Mel, 03 janvier 2009 à 14:13
  • @ Mel: Ah je suis contente d'avoir l'avis de quelqu'un qui lit de la fanfiction! C'est un univers que je connais peu et qui a priori ne m'attire pas mais je trouve intéressant d'avoir ton point de vue sur le sujet!

    Posté par Keltia, 03 janvier 2009 à 15:08
  • L'avis d'une petite fanfikeuse

    Pour ma part, je suis moi-même fanfikeuse, et c'est vrai que la question est délicate. Je pense que l'on a droit de s'exprimer, même si certain massacre l'oeuvre. Parfois, c'est plutôt rigolo et bien, mais je comprends que certains auteurs le prennent mal. Mais même si une loi contre ces fanfictions venait à être votée, je pense que ce phénomène ne prendrait que plus d'ampleur, à l'exemple de la Prohibition.

    Posté par Terribeule-pesta, 02 octobre 2009 à 18:20

Poster un commentaire